CNRD
Centre National Ressources Douleur
Export bibliographique
Télécharger
Envoyer par mailImprimer

Pourquoi le MEOPA est-il moins utilisé chez l’adulte que chez l’enfant ?


Type de document : Actes de congrès
Auteur(s) : Annequin, D.
Congrès : Douleur provoquée par les soins - 15ᵉ journée de l'ACNRD
Date : 15/10/2020
Lieu : Espace Charenton, Paris

Mots clés : MEOPA / douleur provoquée par les soins / Journée de l'A-CNRD

Pr. Daniel Annequin, Hôpital Armand-Trousseau

Centre de la Douleur et de la migraine de l’enfant, AP-HP 6 Paris (75)

__________________________________________________________________________________

L’utilisation du MEOPA a été initiée en France chez l’enfant dans les années 90, ses bénéfices antalgiques et anxiolytiques, sa simplicité d’emploi en font le médicament de référence pour la douleur des soins. Son utilisation reste très variable selon les pays : en France et en Belgique quasiment tous les services de pédiatrie, urgences et hémato-oncologie pédiatriques en sont équipés et l’utilisent quotidiennement [1]. De même, l’Angleterre, l’Australie la Nouvelle-Zélande, utilisent très facilement le MEOPA contrairement à d’autres pays.

Aux USA, la découverte de la simplicité et de l’efficacité du protoxyde d’azote par une équipe d’hématologie pédiatrique [2] ou par les sage-femmes [3] illustre bien ces grandes différences entre les pays.

En France, alors que les enfants en bénéficient largement, les services d’adultes apparaissent très peu utilisateurs. La comparaison des consommations des 3 hôpitaux pédiatriques de l’APHP avec un hôpital d’adulte « standard » illustre ces différences majeures.

Nbre de m3 consommés

Nbre de m3 par lit

Facteur multiplicatif

2018

2019

Saint Antoine 555 lits adultes

330

319

0,57

Necker 600 lits enfants

3695

4230

7,05

12 fois plus

Robert Debré 500 lits enfants

4315

4582

8,05

15 fois plus

Trousseau 317 lits enfants

4786

4553

14,36

25 fois plus

Plusieurs facteurs apparaissent pouvoir expliquer ces inégalités massives.

  • La méconnaissance par les soignants « adulte » de cette méthode antalgique, bien souvent des rumeurs, des idées fausses sont rapportées pour ne pas l’utiliser. Un surestimation des risques [4] [5] pour les soignants, pour les patients, pour la planète, peuvent être ainsi mis en avant.
  • L’absence d’expérience des soignants qui en ignorent les effets cliniques qui peuvent être spectaculaires.
  • Les patients adultes sont censés plus facilement contrôler leurs réactions, leurs émotions face à la douleur, l’utilisation de la contention est plus rare que chez l’enfant.
  • La non disponibilité du matériel (une seule bouteille est stockée à 3 étages du lieu de soin).
  • L’absence de formation des équipes soignantes.
  • La faible motivation des responsables des services pour enclencher un processus de changement car des efforts continus sont nécessaires pour pérenniser ces bonnes pratiques.

Au total, la sous-utilisation massive chez l’adulte du MEOPA pose clairement des questions éthiques : comment justifier une telle perte de chance pour les patients notamment les plus âgés ? L’implantation de cette bonne pratique passe par une politique volontariste de formation et de diffusion de vidéos permettant d’objectiver la réalité de l’efficacité du MEOPA ainsi que la simplicité de son maniement.

Références

  1. Onody, P., P. Gil, and M. Hennequin, Safety of inhalation of a 50% nitrous oxide/oxygen premix: a prospective survey of 35 828 administrations. Drug Saf, 2006. 29(7): p. 633-40.
  2. Livingston, M., M. Lawell, and N. McAllister, Successful use of nitrous oxide during lumbar punctures: A call for nitrous oxide in pediatric oncology clinics. Pediatr Blood Cancer, 2017. 64(11).
  3. King, T.L., From forgotten to mainstream: how a nurse-midwife's commitment to nitrous oxide changed practice. J Midwifery Womens Health, 2011. 56(6): p. 541-2.
  4. Annequin, D., MEOPA : mythes et réalités. Toxicité et mésusage. 24 eme Journée La douleur de l’enfant Quelles réponses, 2017. 24: p. 30 - 41.
  5. Buhre, W., et al., European Society of Anaesthesiology Task Force on Nitrous Oxide: a narrative review of its role in clinical practice. British Journal of Anaesthesia, 2019. 122(5): p. 587-604.


Notice n° 8809, créée le 23/06/2021, mise à jour le 12/10/2023