CNRD
Centre National Ressources Douleur
Envoyer par mailImprimer

Intégration de l'hypnose en pratique libérale de kinésithérapie : une approhe biopsychosociale


Type de document : Actes de congrès
Auteur(s) : Chaumiel, Théo
Congrès : Douleur provoquée par les soins - 12ème journée de l'A-CNRD
Date : 12/10/2017
Lieu : Faculté de Médecine des Saint-Pères, Paris

Mots clés : kinésithérapie / hypnose / mobilisation / méthode non pharmacologique / Journée / CNRD


Intégration de l’hypnose en pratique libérale de kinésithérapie : une approche biopsychosociale

Théo Chaumeil, kinésithérapeute libéral - Paris (75)

Au cours des 40 dernières années, les connaissances scientifiques concernant le fonctionnement de la douleur n’ont cessé d’évoluer et sont aujourd’hui soutenues par de solides recherches scientifiques et ce, notamment, grâce à l’avènement des neurosciences.

En 1997, le médecin Georges Engel définit pour la première fois le modèle biopsychosocial (1) souhaitant ainsi remplacer le modèle biomédical. En effet, l’explication patho-anatomique de la douleur en était arrivée à ses limites, tout comme les relations de cause à effet unidirectionnelles et linéaires envisagées dans les déclenchements des maladies et des pathologies.

Grâce à l’émergence de ce nouveau modèle de soin (où les facteurs biologiques gardent toute leur importance), on voit se développer un intérêt grandissant pour les facteurs psychosociaux (aussi appelés yellow flags par nos collègues anglo-saxons).

Il est aujourd’hui démontré que l’anxiété du patient, le catastrophisme, les comportements non-adaptés, la kinésiophobie (peur du mouvement), les pensées dépressives, les événements traumatiques et l’hypervigilance sont autant de facteurs qui jouent un rôle important dans la chronicisation des douleurs (2).

Certains de ces facteurs font d’ailleurs office de valeur pronostique dans certaines pathologies (comme les attentes négatives du patient dans le cadre de la douleur lombaire (3).

Une prise en charge moderne de la douleur en pratique kinésithérapique se doit alors de réaliser une évaluation de ces risques psychosociaux et, quand cela est pertinent, de délivrer des interventions susceptibles de les diminuer (4) (sans pour autant se substituer au travail du psychologue).

L’hypnose est un moyen thérapeutique sûr et efficace (5) qui répond à ce besoin et s’intègre de manière intéressante à la pratique libérale de la kinésithérapie. Son utilisation est double : l’hypnose peut être envisagée comme un outil communicationnel, visant à améliorer la communication avec le patient et ainsi renforcer l’alliance thérapeutique, ou encore comme un outil thérapeutique (en tant que tel) visant à diminuer le ressenti douloureux du patient, à diminuer les risques psychosociaux tout en augmentant l’autonomie grâce à la pratique de l’auto-hypnose.

Afin d’illustrer ces concepts théoriques grâce à la pratique, voici trois cas cliniques d’utilisation de l’hypnose au cours d’une séance de kinésithérapie :

  • Un homme travaillant dans le bâtiment qui était en arrêt de travail depuis trois mois au moment de la consultation exprimait de fortes douleurs au niveau cervical, une diminution de l’amplitude des mouvements du cou et une forte kinésiophobie. Il explique qu’il n’ose pas bouger le cou avec fluidité car il a une hernie cervicale et qu’il a peur « qu’elle explose et qu’elle sorte vers l’arrière ». Nous avons donc travaillé sur la représentation métaphorique de cette hernie. Le patient a imaginé sa forme, sa couleur ainsi que sa texture. Nous avons ensuite aidé le patient à modifier ces modalités pour rendre cette hernie moins impressionnante. Juste après l’exercice d’hypnose, le changement est radical : le mouvement est plus fluide et surtout beaucoup plus ample !
  • Une femme souffrant d’un syndrome femoro-patellaire décrivait des douleurs constantes au genou et révélait un certain niveau de catastrophisme. Elle évoquait la sensation d’avoir un corps étranger dans le genou (bien que sachant pertinemment que ce n’était pas le cas). Elle a choisi de dissoudre ce corps étranger au cours d’une séance d’hypnose grâce à un médicament effervescent fictif. S’en est suivi une diminution des douleurs. Cette technique a notamment pu être utilisée par la patiente en dehors des séances, lorsque la douleur apparaissait de nouveau, ce qui a procuré à la patiente un sentiment d’autonomie plus grand.
  • Pour finir, utiliser une technique d’imagerie mentale avec une patiente lombalgique chronique qui avait très peur de se pencher en avant (kinésiophobie) a permis que cette dernière puisse s’imaginer en train de réaliser le mouvement et petit à petit, se « désensibiliser » et diminuer sa peur de la flexion. Ce qui lui a ensuite permis d’aborder l’exercice (« réel ») de flexion lombaire en étant plus rassurée.

Ces différents exemples cliniques se basent sur le modèle de peur-évitement théorisé par le psychologue belge Vlaeyen (6). Ce dernier explique que la perception de la douleur est modulée (augmentée ou diminuée) par les facteurs psychosociaux, entraînant le patient dans un cercle vicieux qui l’empêche de se confronter à sa douleur et donc de récupérer.

Travailler grâce à l’hypnose sur ces risques psychosociaux permet de faire avancer le patient et de lui proposer ensuite d’autres techniques de soin adaptées à ses besoins et à ses attentes (des exercices thérapeutiques, des mobilisations, de l’éducation thérapeutique à la douleur, etc.).

Malgré ce que l’on pourrait penser, l’hypnose s’intègre facilement à la kinésithérapie. L’outil peut être utilisé dans une limite de temps satisfaisante (les durées de séances de kinésithérapie étant en moyenne d’une demi-heure) et s’intègre simplement à la séance (les exercices d’hypnose peuvent être réalisés en position assise, debout, en mouvement ou même à quatre pattes lors d’un autre exercice de kinésithérapie).

Lors de l’utilisation de l’hypnose avec le patient, l’accent est mis sur la notion d’acquisition de compétence. Le but étant que le patient fasse par la suite de l’autohypnose et qu’il puisse tout seul utiliser l’outil pour augmenter son autonomie.

Comme tous les outils de soin utilisé par les soignants il est primordial de se former auprès de professionnels de santé compétents, dans des instituts de formation qui ont une culture du soin et qui adhèrent à une chartre éthique.

Références bibliographiques

  • Engel G. The need for a new medical model: a challenge for biomedicine. 1977;196:129-136.
  • Campbell, P., Foster, N. E., Thomas, E., & Dunn, K. M. (2013). Prognostic Indicators of Low Back Pain in Primary Care: Five-Year Prospective Study. The Journal of Pain, 14(8), 873–883
  • Linton SJ, Halldén K. Can we screen for problematic back pain ? A screening questionnaire for predicting outcome in acute and subacute back pain. Clin J Pain 1998;14:209-15
  • Wijma AJ, van Wilgen CP, Meeus M, Nijs J. Clinical biopsychosocial physiotherapy assessment of patients with chronic pain: The first step in pain neuroscience education. Physiother Theory Pract. 2016 Jul;32(5):368-84.
  • Häuser W, Hagl M, Schmierer A, Hansen E. The Efficacy, Safety and Applications of Medical Hypnosis. Dtsch Arztebl Int. 2016 Apr 29;113(17):289-96.
  • Leeuw M, Goossens ME, Linton SJ, Crombez G, Boersma K, Vlaeyen JW. The fear-avoidance model of musculoskeletal pain: current state of scientific evidence. J Behav Med. 2007 Feb;30(1):77-94.